Cent mille milliards de Poèmes

Poème numéro 17370352326340

Le cheval Parthénon s'énerve sur sa frise
pour déplaire au profane aussi bien qu'aux idiots
le chauffeur indigène attendait dans la brise
il donne à la tribu des cris aux sens nouveaux

Je me souviens encor de cette heure exeuquise
quand se carbonisait la fureur des châteaux
aller à la grande ville est bien une entreprise
lorsqu'on voyait au loin flamber les arbrisseaux

Du Gange au Malabar le lord anglais zozotte
on sale le requin on fume à l'échalotte
il voudra retrouver le germe adultérin

Ne fallait pas si loin agiter ses breloques
les banquiers d'Avignon changent-ils les baïoques?
si la cloche se tait et son terlintintin

Raymond Queneau

www.kurokatta.org


www.kurokatta.org

Quick links:

Photos
Montréal
Oregon
Paris
Camp info 2007
Camp Faécum 2007
--more--
Doc
Jussieu
Japanese adjectives
Muttrc
Bcc
Montréal
Couleurs LTP
French English words
Petites arnaques
--more--
Hacks
Statmail
DSC-W17 patch
Scarab: dictionnaire de Scrabble
Sigpue
Recipes
Omelette soufflée au sirop d'érable
Camembert fondu au sirop d'érable
La Mona de Tata Zineb
Cake aux bananes, au beurre de cacahuètes et aux pépites de chocolat
*